Accueil > Du Grain Au Pain > Les Moulins > Fonctionnement du moulin > La Menuiserie des Meules

La Menuiserie des Meules

jeudi 17 mai 2018

La meule dormante est encerclée à hauteur de ses rayons par l’enchevêtrure en bois qui reçoit la farine. Le balais fixé sur la meule tournante, en évacue la farine par une petite ouverture suivie d’un conduit incliné : l’anche.
L’archure est posée sur cet anneau de bois pour couvrir la meule courante et contenir la farine, elle supporte aussi les trémions.
Ce châssis en bois soutient l’auget par des lanières de cuir, la trémie à grain vient se poser par dessus.
Le frayon ou babillard est fixé au centre de la meule courante sur l’anille qui la supporte et la fait tourner.
La combinaison de l’auget qui reçoit le grain de la trémie et du babillard qui l’agite vigoureusement permet de distribuer régulièrement le grain dans l’œuillard au centre de la meule tournante.
Une corde (baille-blé) supportant le bec de l’auget et deux lattes crantées permettent de régler la pente de celui-ci et la force des coups du babillard.
Le rythme de ces quatre coups par tour de meule permet, à l’oreille, de prendre le pouls du moulin.